ÉBLOUISSANTS

bougainvilliers

La richesse du patrimoine naturel de l'Île Maurice ne se mesure pas qu'à ses plages et ses lagons divins. Sa faune et sa flore, moins connues, offrent aussi bien des merveilles qui ravissent toujours les visiteurs.

 

L'incontournable dodo...

 

Dans les pages qui vont suivre, il ne sera malheureusement pas question du fameux dodo, définitivement disparu depuis la colonisation hollandaise. Au passage, j'implore le pardon des inconditionnels de l'Age de glace... J'ai en effet bien peur de les décevoir, tant ils avaient fini par se persuader que le dodo et tous ses congénères s'étaient éteints bêtement, à la suite d'une pathétique histoire de "pastèque" durant la préhistoire ! 

 

Plus sérieusement, si vous souhaitez en savoir plus sur cet oiseau mythique, qui fait encore tant parler de lui, jusqu'à il y a encore quelques mois où l'on annonçait son retour sur l'Ile de La Réunion ! (il s'agissait en fait d'un canular !), rendez-vous à Port-Louis, au très instructif musée d'histoire naturelle (entrée gratuite, ce qui ne gâche rien !), où vous pourrez admirer l'une des plus belles et des plus rares reconstitutions d'un squelette de dodo (il y en a très peu dans le monde).

Sinon, une petite visite au parc naturel La Vanille (La Vanille Nature Park), dans le sud de l'Ile, vous permettra également d'en apprendre davantage sur ce gros pigeon bien sympathique, devenu malgré lui le symbole des espèces en voie de disparition...

Une faune riche et variée

 

Même sans son dodo, L’Île Maurice compte une faune bien plus exubérante qu'il n'y paraît. 

L'Ile Maurice et l'attrait de ses fonds marins

 

La palme (le mot est tout à fait approprié !) revient certainement à la faune sous-marine de Maurice, qui est une bénédiction pour tous les amateurs de plongée et de snorkeling. Que ce soit dans les lagons, ou au-delà de la barrière de corail, l'île regorge de sites magnifiques, où plongeurs occasionnels et plus confirmés trouveront forcément leur bonheur. Tandis que les uns se contenteront de "barboter" avec masque et tuba pour débusquer poissons-trompette, mérous ananas, idoles des maures, sergent-major, poissons-clown, balistes, chirurgiens, ou encore langoustes et serpentines à poix, les autres goûteront au plaisir d'une plongée mémorable, aux abords des îles du nord, notamment l'Ile Plate, où ils pourront évoluer au milieu des requins...pour les amateurs de sensations fortes !

 

Et puis il y a ceux qui voudront plonger dans les profondeurs de l'océan Indien, mais sans se mouiller ou presque ! Pari impossible ? Pas du tout, grâce aux excursions organisées à bord de mini sous-marins, ou encore de subscooters, comme c'est le cas au large du de Trou aux Biches, et de Grand Baie, des endroits réputés pour leurs magnifiques fonds marins. 

Depuis le rivage, ou à l'occasion d'une simple baignade, certains chanceux pourraient avoir le privilège d'observer le ballet de quelques tortues marines, dites tortues imbriquées. J'en parle en connaissance de cause, puisque c'est l'expérience unique que j'ai pu vivre, encore une fois sur la fameuse plage de Trou aux Biches. Ce moment est à jamais gravé dans ma mémoire.

Sinon, les plages en général sont également de très beaux terrains d'observation, notamment avec les enfants. Coquillages aux belles couleurs, bénitiers, morceaux de coraux (morts) aux formes délicates, étoiles de mer, petits crabes honteux...les abords des lagons se transforment pour l'occasion en véritables cabinets des curiosités. 

Dauphins et baleines à bosse 

Pour finir sur le thème de la faune marine, il me faudrait aussi parler des spectaculaires baleines à bosse que l'on croise ponctuellement (entre août et septembre), ou encore des dauphins qui vivent en colonies, notamment sur la côte ouest, vers Tamarin. Toutefois, je ne suis pas très à l'aise avec ce sujet, car la présence opportune de ces fabuleux cétacés a généré toute une activité commerciale qui me gène profondément, comme la nage avec les dauphins. Dans ces pages, je vais donc simplement vous informer que cette attraction existe, et qu'elle semble faire rêver bon nombre de touristes, mais rien de plus. Seul conseil si vous souhaitez vous laisser tenter : choisissez un prestataire respectueux, qui privilégiera les départs très matinaux, en dehors des fortes affluences. Je n'ai pas de noms précis à vous donner, mais tout bon guide saura vous aiguiller vers la bonne personne.

 

Pour ma part, j'ai eu plusieurs fois l'occasion d'observer des dauphins, ainsi qu'une fascinante baleine à bosse, non loin de la Baie de Tamarin. Mais cette observation à eu lieu de loin. C'était totalement fortuit, et de fait, encore plus jubilatoire. Seule ombre au tableau, la cohorte de bateaux et catamarans de toutes tailles venus rapidement s'agglutiner au plus près de ce somptueux ballet improvisé, lequel s'est très vite achevé, après le départ précipité des acteurs principaux, forcément dérangés par cette soudaine effervescence autour d'eux. Je pense que ce jour là, j'ai été beaucoup plus chanceuse que tous ces touristes. En effet, en balade sur les hauteurs de Rivière Noire (côté ouest), et dominant tout l'océan Indien, j'ai été immédiatement attirée par la présence des dauphins, puis de la baleine. Heureusement armée d'une bonne paire de jumelles (équipement indispensable à Maurice pour tous ceux qui partent en randonnée), j'ai pu instantanément me régaler des facéties de ces crétacés qui, moi aussi me font rêver, mais que je n'irai pas volontairement déranger dans leur milieu naturel...

 

Après, tout est question de convictions et de sensibilité.

La pêche sportive ou pêche au gros à Maurice

 

C'est un peu pour la même raison que celle citée ci-dessus que je ne traiterai pas ici de la pêche au gros à l'Ile Maurice, pourtant très appréciée. Personnellement, je ne prends pas de plaisir à voir les impressionnants marlins bleus, requins mako, requins marteau, espadons et autres thons jaunes, pendus au bout d'une ligne, et fièrement exposés en guise de trophées. Toutefois, je peux comprendre que cela enthousiasme les férus de pêche sportive, d'autant que Maurice est visiblement une destination de choix pour cette activité de "big game fishing".  Pour ceux-là, ce blog ne sera pas d'une grande utilité. Je les invite donc à se tourner vers des sites plus spécialisés.

Une faune terrestre fragile

Quittons maintenant le bord d'océan Indien et ses merveilles pour gagner les terres, lesquelles côté faune, ne sont pas moins intéressantes, même si la variété n'est pas aussi important que sous l'eau. Tout l'intérêt de la,faune terrestre de l'Ile  Maurice tient au fait que de nombreuses espèces sont endémiques.

A Maurice, petits et grands seront ravis de côtoyer toutes sortes d'oiseaux exotiques, colorés à souhait, et au comportement parfois étonnant, comme celui du tisserin gendarme. Bulbul, cardinal, géopélie zébrée, pic pic, martin triste, grosse cateau verte, héron strié, pigeon des mares et paille en queue viendront joyeusement compléter le tableau.

Je vous emmènerai aussi à la rencontre des geckos diurnes ornés de Maurice, encore appelés lézards verts ou lézards bananes. Aussi malicieux que bruyants, ils sont également endémiques, et surtout en danger, car menacés par de multiples prédateurs, et par la concurrence de plus en plus féroce du grand lézard vert de Madagascar, une espèce introduite, qui fait des ravages. 

 

Et puisque j'évoque le sujet des espèces menacées, nombreuses à Maurice, ce qui justifie les actions de protection et de sauvegarde de la Mauritian Wildlife Foundation, nous aborderons le cas des "escargots" géants qu'il est impossible de manquer, tant ils pullulent à Maurice ! Amusants, voire même étonnants à voir, ils constituent en fait un vrai fléau, bien difficile à endiguer.

 

La luxuriante flore mauricienne

 

On pourrait croire qu'à part quelques palmiers et cocotiers,   e vous promets de bien belles surprises... Nous allons ainsi partir à la rencontre d'arbres majestueux... Banians, filaos, flamboyants, badamiers, cocotiers, manguiers, palétuviers, arbres du voyageur, goyaviers de Chine, vacoas, figuiers sacrés, lataniers, palmiers bouteilles, palmistes et autres talipots... Nous nous abriterons du soleil sous les uns, nous admirerons la silhouette des autres, et nous prendrons plaisir à tous les immortaliser, histoire d'emporter avec nous un peu de cette flore exotique.

 

Au gré de nos balades, nous prendrons le temps d'observer les délicates fleurs qui s'épanouissent à l'Ile Maurice.

 

 

Au final, Maurice a beau être une poussière d'île, elle recèle quantité de petit trésors naturels qui, pour beaucoup, s'offrent facilement au regard, à qui sait les regarder...

A propos

D’origine auvergnate par ma mère, périgourdine et basque espagnole par mon père, et mariée à un italien du sud, le mélange des genres et des cultures ne me fait pas peur...

Lire plus

 

 

 

© 2017 par Voyage-Maurice

Contact Voyage-Maurice

Activité de rédaction web

Mentions légales